Décision du Conseil d’Etat.

“Bruno Piriou a trompé le Conseil d’Etat par quelques faux témoignages reconnus comme tels. En me condamnant, le Conseil d’Etat a commis une Erreur Judiciaire”

A la lecture de la décision du Conseil d’Etat, j’éprouve un violent sentiment d’injustice face à un jugement inique, contraire au droit, entaché de contradictions et portant atteinte aux règles élémentaires de la démocratie et de la justice.

Le Conseil d’Etat a en effet retenu, 3 faux témoignages indirects fabriqués pour la circonstance par M. Piriou.

Le résultat des plaintes pénales que j’ai déposées auprès du Procureur de la République contre mon adversaire communiste et ses faux témoins qui devront s’expliquer devant un tribunal correctionnel, confirmera qu’il s’agit d’une vaste entreprise d’escroquerie au jugement dont le Conseil d’Etat détient pourtant toutes les preuves.Première erreur judiciaire.

Contrairement au droit français et au droit européen, le Conseil d’Etat a accepté d’entendre comme témoin principal, sous serment, une militante qui est en réalité une accusa trice, élue sur la liste communiste de Piriou, et qui s’était, en outre, totalement contredite.

Or, nul ne peut-être témoin et partie à un procès. Nouvelle erreur judiciaire.
Le Conseil d’Etat a retenu un document audiovisuel fabriqué volontairement par Piriou pour me piéger.

Or, dans le droit français et international, nul ne peut se constituer des preuves à lui-même. C’est pourtant ce qu’a accepté le Conseil d’Etat pour me condamner. C’est une erreur judiciaire supplémentaire.

De plus, le Conseil d’Etat n’a pas pu chiffrer le montant des prétendus dons en argent. En plus il a exclu tout achat de voix.

Il n’y a pas de délit donc pas une seule preuve et pourtant je suis condamné!!!
Mais, de façon purement arbitraire et cynique, le Conseil d’Etat a confirmé mon inéligibilité et l’annulation de l’élection de mars 2008.

Comme on ne peut pas saisir la Cour de Cassation, je ne peux arriver à faire entendre la Vérité qui éclatera dans plusieurs mois.

En présence d’un jugement dont le caractère politique n’échappe à personne, j’ai décidé de saisir, sans attendre, la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Le Conseil d’Etat a ainsi privé la majorité des électeurs de Corbeil-Essonnes de leur victoire de 2008 et du droit de choisir librement leurs élus.

Pour réparer, ainsi, cette injustice majeure à mon égard, je vous demande d’être unis pour soutenir Jean-Pierre Bechter, mon candidat avec qui j’ai constitué une liste très ouverte, toujours en dehors des partis politiques, afin de maintenir notre chère commune dans la voie de l’avenir et du renouveau et, ainsi, d’éviter son retour dans les mains des communistes et des socialistes.

Par votre vote en faveur de Jean-Pierre Bechter et de sa liste, vous montrerez votre volonté de voir poursuivre mon oeuvre en votre faveur et celle de Corbeil-Essonnes.

                                                                             

Ce contenu a été publié dans Actualités, Jean-Pierre BECHTER. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*